vendredi 7 mars 2014

Affiche uchronique

Exercice donné aux étudiants de Design graphique à Sup de Pub Paris.

Uchronie : évocation imaginaire dans le temps.


Le but est de réaliser une affiche Sup de pub,  la grande école de communication  en utilisant les codes graphiques des décennies passées, notamment celles qui ont marqué les XIXe et XXe siècles : époque victorienne, Art Nouveau 1900, futurisme/ constructivisme, Art Nouveau 1900, Art Déco 1925-1930, années 1950, psychédélisme des années 1970, etc.
En voici quelques-unes, par ordre chronologique :


Maxime Tison. Typographie victorienne.


Selma Raise. Typographie victorienne.



Sarah Maréchal. typographie victorienne


Sirine Saoud. Art Nouveau. Glasgow style.


Nidhal Ould Jiddou. Constructivisme.


Chloé David. Constructivisme.



Dany Huang. Constructivisme


Hadrien Brice. Constructivisme.


Pauline Martin. Art Déco


Léo Pellerin. Art Déco.


 Tomi Dretz. Art Déco.


Margaux Lutz. Années 1950.


Jean-Marie Chamot. Années 1950.



Louis Girodet. Années 1970.


Guillame Szezur. Années 1980.

Et celle du prof, qui s'est essayé lui aussi à l'exercice !

Fin XVIIIe siècle.


11 commentaires:

  1. c'est vraiment superbe !
    J'aime beaucoup ceux de selma, Léo et Hadrien =)

    RépondreSupprimer
  2. Très belles réalisations.
    Mention spéciale pour Maxime Tison et Léo Pellerin. Affiches percutantes, codes typographiques des années 1850 et 1940 parfaitement restitués.Nidhal Ould Jiddou et Hadrien Brice : Excellent aussi.
    Bravo !

    RépondreSupprimer
  3. Beau travail ! l'affiche de Nidhal et de Léo sont celles que je préfère.

    RépondreSupprimer
  4. C'est effectivement un très beau travail. Les typos choisies ont été bien interprétées et intégrées à la réflexion créative. Bravo à toutes et tous.
    NP./

    RépondreSupprimer
  5. Léo, très beau visuel. La stylisation des rayons à la manière de Cassandre, le poste de TSF des années d'avant-guerre, tout est bien trouvé. Félicitations.
    Cat

    RépondreSupprimer
  6. Je ne suis pas du métier donc je ne vais pas vous distinguer, mais tout ce que je vois est magnifique et, prof moi-même, je vous encourage à "profiter " au maximum d'un monsieur qui , à force d'exigence, de métier et d'honntêteté, de ce souci qui peut le rendre bavard (je le connais bien) est irremplaçable. Il n'y en aura peut-être plus beaucoup. Je vous prie aussi de prendre confiance, de vous saisir des choses. De vous aimer et d'aimer ce que vous faites. D'accepter votre jeunesse et de chercher les expériences. Ces mots, je pense, de la part d'un prof de 60 ans, n'équivalent pas, car ils sont trop faciles, mais se rapprochent, je pense, de ce que Marc vous apprend et de ce que vous apprenez tout seuls de jour en jour, pour imposer votre vie au monde. Quant au boulot, vous en trouverez, vous en trouverez. Les "faux maths sup", je suis placé, rament plus et deviennent moins adultes que vous.

    RépondreSupprimer
  7. Eh bien, ça avance vite. Beau travail, tout le monde a bien restitué l'époque exigée. Après des petites préférences personnelles, mais plus par goûts partagés : Nidhal, Léo, Maxime, Hadrien... Je ne doute pas un instant que la prochaine fois les autres prendront leur revanche ! Bravo.

    RépondreSupprimer
  8. L'ensemble est de bonne qualité , les styles graphiques sont tout de suite reconnaissables, j'ai une préférence pour les images de Nidhal et d'Hadrien qui ont apportés un "petit plus" . Il serait intéressant pour vous tous de refaire l'exercice en cherchant à vous en emparer de manière plus personnelle, en réinterprétant le style.Ne vous contentez pas du seul travail scolaire, ce n'est pas inné mais acquis par une démarche d'observation et d'exercices, comme des gammes pour un musicien.

    RépondreSupprimer
  9. Merci pour vos encouragements !
    La typographie est absolument essentielle, on ne s'en rend pas compte, mais elle frappe les esprits autant que le dessin, peut-être même bien plus.
    Nous vivons entourés de lettres depuis notre naissance, dans les livres, les journaux, les cartes postales, sur les devantures des magasins, sur les boites de conserves ou de biscuits, les paquets de lessive, les logos des réfrigérateurs ou des postes de télé... Se retrouver face aux polices de caractère qui ont marqué leur époque, face à celles qu'on voyait autrefois, c'est faire un voyage dans le temps tout à fait surprenant.

    RépondreSupprimer
  10. C'est formidable ce que l'on peut faire en typographie aujourd'hui avec les outils informatiques ! Les nouvelles générations de graphiste vont nous étonner. Profitez de la vitalité de votre jeunesse pour imaginer le monde de demain et bravo à toi Marc de savoir initier tous ces jeunes talents. Je vous souhaite à tous d'aimer votre métier avec passion et que cela vous rende heureux.

    RépondreSupprimer
  11. Jean-François PENICHOUX22 mars 2014 à 00:46

    Pas de doute, les jeunes ont du talent. Bien dirigés, ils peuvent accomplir des merveilles. Et l'avantage du travail sur ordinateur est qu'il donne un résultat d'une finition irréprochable. C'est bien plus gratifiant pour eux. Les élèves nous prouvent tous les jours que la valeur n'attend pas le nombre des années, en tout cas au niveau de l'inspiration. Car la plupart de leurs excellentes idées, dignes de grands designers, se voient amoindries par le manque d'expérience que seules peuvent donner des années vissées à la planche à dessin. Gratter, toujours gratter… il en sortira bien quelque chose...
    Pour ce qui me concerne, mention spéciale à Nidhal, Léo et Selma.

    Jean-François PENICHOUX

    RépondreSupprimer