mercredi 7 septembre 2011

Du texte à l'image...

Ma dernière illustration pour Rageot éditeur  - la couverture du roman de Christian Grenier : Hacker à bord -  me fournit l'occasion de mettre en ligne les différentes étapes de la réalisation d'une illustration, depuis la réception du manuscrit jusqu'à la livraison de l'original à l'éditeur...

Lecture du manuscrit.

Je reçois le manuscrit.
Il s'agit de la suite des aventures de Logicielle.
Le thème de cet épisode est le suivant : un meurtre est commis à bord d'un bateau de croisière par des Hackers dont l'objectif est la prise de contrôle d'internet, et donc du monde...



A ce stade, le titre n'est pas encore défini...

Le rough.

La série Logicielle est publiée dans la collection Heures noires.
Les contraintes de la maquette imposent un fond noir, avec une image détourée. Un filet et un bandeau rouges encadrent l'illustration :


Une fois pris en compte les impératifs graphiques, il reste à rendre l'idée-force.
Je propose donc le crayonné suivant :


La pyramide surmontée de l’œil d'Horus exprime l'idée de domination mondiale. Sur chaque face, en hologramme, une scène-clef de l'épisode est représentée.
L'oeil est figuré par une web-cam.
Des élements électroniques y sont reliés.

Cette idée n'est pas retenue par l'éditeur.
L'aspect policier du livre - la collection heures noires est une collection policière -  s'efface au profit de l'aspect science-fiction.
Il faut donc explorer d'autres pistes...

Deux nouvelles idées sont proposées :




La première dévoile trop le contenu du livre, l'autre manque d'impact...

Une quatrième proposition est formulée :





L'idée est simple : Le bateau de croisière au clair de lune, sur une mer calme. Le symbole des hackers, la tête de mort des pirates,  apparaît surplombant la scène. A la gauche du crâne, des circuits imprimés.

C'est ce crayonné qui retient l'attention de l'éditeur.
On peut donc passer à l'étape suivante : la réalisation.

Réalisation de l'image.

Sur une feuille de calque, je commence par mettre en place les éléments : le bateau, la lune, le crâne, les composants électroniques.
C'est un équilibre à trouver :


La composition paraît satisfaisante.
Je reporte mon calque sur un contrecollé simple face, agrafé sur une planche de bois et préalablement enduit de gesso :

 
Le travail à la peinture peut commencer.
J'utilise des acryliques et acrylo-vinyliques.

Tout d'abord, placer le noir, pour ne pas faire d'erreur de luminosité :


Puis, les aplats de base :




 
 Après les aplats, les matières, au pinceau sec en frottis sur les parties claires des os,  ou en glacis pour les parties sombres sur la mer :




Le travail des matières de base se poursuit.  Le crâne et les tibias croisés sont finalisés par des glacis. Les composants électroniques sont indiqués de façon plus précise :




L'aérographe entre maintenant en action. Il s'agit de donner la tonalité générale de l'image, de marquer les ombres et les lumières. Le crâne est également recouvert par un glacis bleu outremer, pour le faire apparaître dans l'ombre :



Le travail final s'amorce.
Les lumières sont rajoutées sur les composants électroniques, ainsi que sur les vagues.
La lune, le bateau et leurs reflets respectifs sont gardés pour la fin :



Le travail est terminé, comme l'atteste la signature, point final de l'illustration !





17 commentaires:

  1. Cher Marc,

    Quelle magnifique idée de proposer aux visiteurs de ton site les différentes étapes de ton travail d'illustrateur !
    Bien que je sache déjà quelle tâche cela représente, je suis ravi que tes admirateurs ( et mes lecteurs ) suivent pas à pas ta démarche, tes projets, tes renoncements - et la lente et patiente élaboration du projet, depuis son ébauche retenue par l'éditeur à sa finalisation !

    Souvent, les lecteurs se font une idée fausse de la création : ils pensent que l'auteur du récit, saisi d'une inspiration subite, se lève soudain la nuit pour griffonner des pages entières... avant, quelque temps plus tard, de mettre un point final.

    C'est hélas plus complexe - tu le sais !
    Et dans le domaine graphique, qu'il s'agisse d'un tableau ou d'une couverture de livre ( en réalité... c'est la même chose ! ), le travail est identique. Il est même sans doute plus complexe encore, dans la mesure où ta liberté est réduite par la maquette à respecter, et les différents éléments du récit à placer sur la couverture... sans parler de la place à laisser dans le cadre pour le nom de l'auteur, le titre de l'ouvrage... tout cela ne se fait pas en un jour !

    Je sais que les jeunes lecteurs, quand je leur montre mes vieux manuscrits, sont impressionnés par les ratures, les modifications, et parfois par les différentes versions d'un même récit !
    Je suis content qu'ils puissent mesurer également les contraintes auxquelles est soumis l'illustrateur !
    Souvent, ils me demandent d'ailleurs si je collabore avec lui - et je leur avoue qu'à mon grand regret, il m'arrive de ne même pas le connaître !
    Ici, ce n'est pas le cas... puisque tu as eu la gentillesse de me recevoir et de me montrer tes projets - nous en avons même débattu ensemble ! Mais là encore, le décideur fional... c'est l'éditeur ( ou le Directeur Artistique, le DA, comme on le surnomme dans le milieu de l'édition )
    J'ajoute parfois que la couverture ne me plaît pas du tout !
    Ce qui me permet, ici-même, de révéler ( mais ce n'est guère un scoop ! ) que toutes les couvertures que tu as réalisées pour l'un ou l'autre de mes romans ( et pas seulement chez Rageot ! ) ont toujours soulevé mon enthousiasme.
    D'où mon désir de voir notre collaboration se poursuivre... le plus longtemps possible !

    Encore merci et encore bravo pour ton travail, Marc !

    Christian

    RépondreSupprimer
  2. Effectivement c'est une excellente initiative de présenter au plus grand nombre la finalisation visuelle et technique d'une couverture à partir d'un texte. Etant depuis plusieurs années un des derniers maillons (Maquettiste) des œuvres de mark, tout en gardant un lien étroit avec l'auteur de l'ouvrage, je partage entièrement le commentaire précédent. On prend l'habitude de rester face au résultat définitif sans se demander la masse de travail qui est effectué en amont. Même s'il faut admettre de rester derrière, dans l'ombre de l'auteur.

    Amitiés
    Jean-Eric

    RépondreSupprimer
  3. Superbe travail de pédagogie !
    Pour les non-initiés, des explications plus détaillées seraient peut-être nécessaires, mais il est vrai qu'il ne faut pas non plus lasser le lecteur... Félicitations pour l'eau et les reflets , des effets toujours difficiles à rendre.
    JF.

    RépondreSupprimer
  4. Merci à tous.
    C'est effectivement le but recherché !

    RépondreSupprimer
  5. Cher Marc,
    J'ai beaucoup apprécié votre Work in progress de la légende de la mort. Celui-ci est tout aussi passionnant. Merci pour ces petits cours de technique à l'acrylique !

    RépondreSupprimer
  6. Belle couverture de polar

    RépondreSupprimer
  7. Comme toujours vos travaux sont superbes ! Personnellement je préférais la première idée, mais la deuxième est très belle (le rendu en couleur surtout), merci pour toutes cas étapes qui aident vraiment a comprendre votre travail.
    Bonne continuation !

    RépondreSupprimer
  8. Bernard l'Hermite15 septembre 2011 à 01:36

    C'est vraiment intéressant de voir comment une illustration se réalise pour moi qui suis amateur je découvre et j'apprécie beaucoup ce genre de démonstration. Votre blog est très instructif j'espère vous rencontrer un jour pour parler d'illustration.

    RépondreSupprimer
  9. Merci beaucoup !
    N'hésitez pas à me contacter par mail si vous le souhaitez.

    RépondreSupprimer
  10. Cher Marc Mosnier,
    Votre blog est une mine d'informations.
    Merci à vous ! je souhaite le succès pour vos initiatives
    Benoît, passionné d'illustration et de BD.
    Benoît, Paris XVe.

    RépondreSupprimer
  11. Jack the airbrusher26 septembre 2011 à 02:22

    Blog très intéressant et beau travail de pro à l'aéro !
    La maîtrise de la technique en traditionnel devient rare.

    RépondreSupprimer
  12. Cher Marc,

    Je fais court aujourd'hui. Très complexé devant les pros qui te félicitent. Que ce soit dit, je ne suis pas du tout visuel. La musique d'un film m'empêche de voir le film. Mais mon fils que tu connais, tout daltonien qu'il est comme tu le sais, lui, il dessine quand il s'ennuie (je ne savais pas qu'on pouvait se débrouiller de cette manière), je te dis que son œil s'est allumé devant ta "séquence", et que ses problèmes d'ado se sont momentanément estompés. Je ne t'en remercierai jamais assez.

    RépondreSupprimer
  13. Enfin, "je fais court…" c'était vite dit ! Ha trugarez braz.

    RépondreSupprimer
  14. Merci Alen !
    Il n'y a pas à être complexé, l'illustration ne se résume pas à des questions techniques, heureusement !
    L'avis des "littéraires" est tout aussi, si ce n'est plus, intéressant !

    RépondreSupprimer
  15. Nickel ! Merci pour le making of, je vais envoyer mes élèves là dessus !

    RépondreSupprimer
  16. De rien !
    Amitiés confraternelles,
    Marc

    RépondreSupprimer