samedi 15 octobre 2011

Blasonnement du patronyme Jutel / Judicaël.

Voici un blason que je propose à Monsieur Jutel, originaire de Haute-Bretagne.
Fréquent en Bretagne et dans l'Ouest, le Patronyme Jutel est une déformation de Judicaël.

Pour traduire ce nom en images, il faut donc se référer à la légende du Roi Judicaël,  personnage mythique de l'histoire bretonne.

Deux faits marquants à retenir :

La traversée de  l'eau de la ténèbre hivernale.
Par une nuit hivernale, Judicaël, à la tête de ses troupes, est amené à traverser une rivière glacée. Au bord de celle-ci, se trouve un lépreux qui demande qu'on l'amène sur l'autre rive.
Alors que les soldats l'ignorent, le roi, lui, le prend délicatement en croupe et lui fait traverser la rivière.
Arrivé de l'autre côté, le lépreux est transfiguré et c'est le Christ qui apparaît.

Cette légende est à rapprocher de celle de Saint-Christophe ou Saint-Julien l'hospitalier, ainsi qu'aux mythes irlandais.
Elle renvoie aux rois passeurs, vainqueurs des ténèbres, au symbolisme de l'année, à la fois vie et mort.

Les chariots de la nuit de Pâques.
La nuit de Pâques, le roi Judicaël est réveillé par des bruits assourdissants.
Ce sont les colons du domaine, qui apportant les redevances , cherchent à passer les uns devant les autres. Les roues de leurs chariots s'entrechoquent et causent un grand vacarme.
Furieux que la paix de la nuit de Pâques soit troublée, Judicaël abolit l'impôt.

Là encore, il s'agit d'une ancienne symbolique liée au rythme des saisons. Les tributs payés la nuit de Pâques étant une transposition des offrandes païennes marquant la fin de la période sombre...

Le blasonnement peut donc s'organiser comme suit :

Pour le fleuve glacé des ténèbres hivernales : une fasce ondée de sable.
Symbolisant la résurrection : un pommier en fleurs.
L'épisode des chariots est représenté quant à lui par deux roues de gueules.


D'argent, à une fasce ondée de sable, accompagnée en chef d'un pommier de sinople fleuri d'argent et boutonné d'or, et en pointe de deux roues de charrette de gueules.

Pour la légende de Judicaël et son explication, lire L'Aurore Celtique de Philippe Jouet aux Editions Yoran Embanner.

2 commentaires:

  1. Tout à fait passionnant !
    Et le blason est vraiment élégant !

    RépondreSupprimer
  2. Voilà qui va m'aider à comprendre mon compagnon de café!

    RépondreSupprimer